Michaël , 33 ans

Après mon exode urbain il y a bientôt 10 ans, j'ai appris un peu sur le tas les ficelles de ce métier très enrichissant. D'abord à Sars-La-Buissière et ensuite à Sivry où avec des collègues producteurs nous avons fondé une coopérative paysanne de vente. Me voila maintenant installé à Peissant dans le hameau du Bruliau pour continuer à monter des projets similaires et développer des alternatives à l'ancien monde mortifère, qui impacte tant notre façon de consommer que nos rapports humains

Eloïse, 31 ans

En dernière année de Master, il y a longtemps déjà, je réalisais un mémoire en anthropologie sur le maraîchage biologique. Aujourd'hui, six ans plus tard, après quatre ans passés en terres inconnues à visiter des lieux où l'insolite côtoie l'alternatif, la route m'a conduite jusqu'ici, pour saisir cette chance de revenir à celle de mes ancêtres et y développer ce projet.  

L'agriculture maraîchère représente pour moi la collusion entre plusieurs axes que je considère comme tout autant de fils rouges correspondant à mes valeurs : produire une alimentation respectueuse du vivant sous toutes ses formes, c'est aussi investir dans notre capital santé, tout en ayant l'opportunité d'apprendre sur le chemin quelques notions utiles lorsqu'on est à la recherche d'un style de vie sain. 

PRIMUM NON NOCERE, disait Hippocrate : en premier lieu, ne pas nuire.... Ni au monde qui nous entoure, ni à celui qui nous habite !